Navigation

Sécurité des nanoparticules de fer dans l’alimentation

 

Les aliments sont enrichis en fer pour prévenir les anémies ferriprives. Les composés ferreux à taille nanométrique permettent d’optimiser l’absorption du fer par l’organisme. Le projet a étudié les possibles risques de tels composés ferreux nanostructurés pour la santé.

Contexte (projet de recherche terminé)

La carence en fer est un problème de santé global qui touche plus de 2 millions de personnes à travers le monde. Le fer est nécessaire à la fabrication d’hémoglobine. Une ingestion insuffisante de fer ou de fer difficilement absorbable résulte à long terme en une concentration réduite d’hémoglobine dans le sang, qui mène à une anémie ferriprive. Enrichir les aliments en fer peut être une stratégie efficace et durable pour contrer l’anémie ferriprive. Les préparations actuelles à base de fer rendent difficile l’enrichissement des aliments sous une forme telle qu’il puisse être absorbé en suffisance par l’organisme. Avant que ne débute le PNR 64, l’équipe de chercheurs de Michael Zimmermann avait déjà montré que le corps humain peut, de manière efficace et rapide, absorber et utiliser le fer contenu dans des composés ferreux nanostructurés. En outre, les composés ferreux nanostructurés ne réagissent quasiment pas avec les aliments et ne modifient pas les saveurs. Ce projet a cherché à savoir comment sont absorbés les composés ferreux et si la consommation de ces nanocomposés ferreux peut être délétère.

Résultats

Les possibles effets toxiques des nanocomposés ferreux ont été étudiés sur trois lignées cellulaires d’origine intestinale. Les nanocomposés ferreux n’ont pas eu d’effet sur les structures cellulaires principales et n’ont pas non plus déclenché de réactions de stress dans ces cellules. Dans le cadre d’un essai sur les animaux, des rats ont été nourris durant 90 jours avec diverses concentrations de préparations à base de fer nanostructurées ou conventionnelles. Les analyses des tissus n’ont révélé ni accumulation toxique des nanoparticules, ni lésion. Les résultats d’une étude pilote sur la voie d’absorption des nanocomposés ferreux indiquent que le fer issu des nanocomposés ferreux est absorbé par les mêmes voies que le fer des composés conventionnels. En résumé, ces travaux montrent que les nanocomposés ferreux semblent globalement être un moyen sûr d’enrichir en fer les aliments et compléments alimentaires.

Importance

Le fer des composés nanostructurés est efficacement absorbé par l’organisme et constitue ainsi une option intéressante pour un enrichissement en fer optimal des aliments et donc pour lutter contre l’anémie ferriprive. Les résultats de ce projet permettent de conclure que la nanométrisation des composés ferreux ne génère pas de risques toxiques. Les méthodes de culture cellulaire développées ici peuvent en outre servir à l’investigation des possibles effets toxiques de multiples substances, conventionnelles ou nanométriques, sur le tractus gastro-intestinal.

Titre original

Gastrointestinal exposure to nanoscale iron compounds in foods: absorptive pathways and potential toxicity

Direction du projet

  • Prof. Michael Zimmermann

Autre requérant-e-s

  • Prof. Shana Sturla
  • Dr. Ioannis Trantakis

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Prof. Michael Zimmermann Institut für Lebensmittel, Ernährung und Gesundheit ETH Zürich Schmelzbergstrasse 7 8092 Zürich +41 44 632 86 57 michael.zimmermann@hest.ethz.ch