Navigation

Des produits nanopharmaceutiques contre les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

 

Chercheurs et cliniciens travaillent ensemble à mettre de nouveaux nanomatériaux à la disposition des patients.

Contexte (projet de recherche en cours)

Le nombre de personnes souffrant de la "maladie de Crohn" ou de "colite ulcérative" est en augmentation. Toutes deux sont des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin dont la cause est inconnue et auxquelles on ne connaît pas de remède. La thérapie se concentre sur le traitement et la suppression des symptômes récurrents comme les maux d'estomac et la diarrhée. Malheureusement, la médication utilisée est soit insuffisante pour certains patients, soit la dose élevée requise provoque des effets indésirables à long terme.

Objectif

Malgré de gros efforts consentis pour développer de nouveaux agents thérapeutiques et limiter la gravité et la fréquence des symptômes, les perspectives pour les patients ne s'améliorent guère. Des scientifiques impliqués dans la recherche fondamentale, des médecins et des spécialistes en gestion de la qualité collaborent pour déterminer en laboratoire si les effets indésirables tant craints de médicaments bien établis, comme les corticostéroïdes et les immunosuppresseurs, peuvent être éliminés en limitant leur activité biologique à la zone intestinale touchée et en minimisant l'exposition du reste du corps. L'idée est d'envelopper des médicaments à forte concentration dans des nanoparticules biodégradables récemment développées. La médication serait alors libérée et activée seulement dans le segment malade de l'intestin et n'aurait pas d'effets (indésirables) sur l'organisme en général.

Importance

En Europe, les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin affectent 240-400 personnes sur 100 000 et ce nombre est en augmentation. Comme ces maladies sont chroniques et qu'il n’y a pas de remède, le coût du traitement représente une charge croissante pour les systèmes de santé. Ceci est très important parce qu'à l'heure actuelle, pour de nombreux patients, il n’existe pas de médicament efficace et bien toléré. Ce projet combine pour la première fois des développements innovants en nanotechnologie avec des approches cliniques éprouvées et pourrait être le point de départ d'une amélioration de la qualité de vie pour les personnes affectées. De plus, ce projet pourrait servir de base pour le traitement d'autres maladies inflammatoires.

Titre original

Delivering nanopharmaceuticals through biological barriers (acronym: BIBA)

Direction du projet

  • Prof. Caroline Anne-Margarethe Maake

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Prof. Caroline Anne-Margarethe Maake Anatomisches Institut
Universität Zürich
Winterthurerstrasse 190 8057 Zürich +41 44 635 53 30 cmaake@anatom.uzh.ch